Le Mini-roïd de soin

Mila et Andrea

Je m’appelle Mila, je suis une dermatologue de 38 ans et voici Andrea une gérontologue de 38 ans aussi. Nous venons de la ville mais on veux créer une clinique dans un désert médical.
On s’est alors retrouvé à la Florette, dans une région Pyrénéenne uniquement desservi par le réseau minitel, ce qui limite la communication entre les villages. La clinique vient de voir le jour, maintenant on doit créer un réseau de patients. N’étant pas les seuls praticiens dans la région alors il serait pertinent de créer une sorte d’annuaire des lieux de soins consultable par les habitants.

On vous présente le mini-roïd de soin. Il s’agit de plusieurs machines identiques reliés en réseau entre-elles. Elles contiennent les fiches de renseignements de toutes les cliniques de la région. Il y aurait une machine dans chaque clinique, ce qui permettrait de mettre à jour les données en temps réel sur place. Lorsqu’une modification se fait sur une machine, les autres se mettent instantanément à jour. Cela permet aux patients attendant un rendez-vous de pouvoir consulter les différents lieux et types de soin présent dans la région selon leur besoin.
Ils peuvent imprimer les fiches pour les ramener avec eux. Avoir les machines directement dans les cliniques évite aux patients de faire un trajet inutile pour chercher un renseignement.
Du côté des cliniques cela permet de se faire connaître et créer ensemble un plus grand réseau de patients.
Notre objet serait une hybridation du minitel qui est utilisé dans l’univers de la Résille avec un Polaroïd (fin 20ème siècle).
Le côté minitel est dédié aux cliniques et permet de modifier les données. Une futur évolution de cette objet serait de concevoir un verrouillage du clapet permettant de sécuriser l’accès à la modification des données.
Le côté Polaroïd est dédié aux patients qui peut consulter les différentes fiches sur un écran grâce aux boutons “haut et bas”.
Il peut également imprimer instantanément la fiche qui leur intéresse grâce à une impression thermique. Sur les fiches se trouvent le nom de la clinique, des médecins et de leur spécialité, l’adresse, le numéro minitel et les horaires d’ouvertures.
Le choix de l’impression thermique permet d’anticiper l’obsolescence des données imprimées qui n’ont pas suivi les mises à jour. Lorsque l’encre commence à s’effacer ça signifie que les renseignements commencent à dater et qu’il faudrait peut être re-consulter un mini-roïd.
Nous avons réfléchis à l’accessibilité à tous types de patients en simplifiant au mieux le fonctionnement (haut, bas et imprimer) et en ajoutant un outil de traduction en braille pour les mal-voyants et une prochaine évolution de l’objet serait une impression adapté aux personnes mal-voyantes grâce au gaufrage.
Cet objet se trouverait dans la salle d’attente de la clinique dans l’idéal pas trop loin d’une secrétaire au cas ou il y aurait des problèmes de compréhension. Cela peut créer un échange entre les patients qui attendent.
En ce qui concerne la protection des données, il n’y a pas de renseignements à donner par les patients et pas d’historique.
Chaque clinique serait donc garante de l’entretien de sa machine (matériels à remplacer, réparation et autres).
Les machines sont alimentés par les cliniques et fonctionne ensemble grâce au réseau minitel. Les lieux de soins ont un accord avec le service de santé de la région, géré par la ville de Toulouse (chef lieu), pour utiliser des minitels modifiés si c’est pour la santé des habitants.
On a créé cet objet et vous présente aujourd’hui le premier prototype. On a un accord avec le réseau de santé et on cherche des fonds pour développer nos machines et ainsi créer un réseau avec les autres cliniques de notre région et nos futurs patients.